Unsere Website ist nicht für deine Browserversion optimiert.

Seite trotzdem ansehen

La Commission de la sécurité sociale face à ses responsabilités

30 juin 2022 – La Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil des Etats (CSSS-E) se réunit jeudi et vendredi. Elle se concentrera sur deux thèmes majeurs portés par Le Centre. Elle se penchera notamment sur notre initiative « Pour un frein aux coûts » et le contre-projet indirect. Le Centre estime qu’il est de la responsabilité de la CSSS-E de soutenir le contre-projet du Conseil national pour maîtriser l’explosion des coûts de la santé et contenir la hausse des primes. La Commission débattra également à nouveau de la réforme du 2ème pilier. Le Centre demande une amélioration claire de la situation pour les personnes disposant de revenus faibles ou en emploi partiel, ainsi qu’une solution équitable pour la génération de transition.

Les primes d’assurance maladie devraient à nouveau augmenter de 10% cet automne. Malgré ces perspectives, tous les autres partis se sont opposés à notre initiative « Pour un frein aux coûts » au Conseil national. Le Conseil national a toutefois adopté un contre-projet qui prévoit de fixer des objectifs de maîtrise des coûts. Il s’agit d’un signal important envoyé au Conseil des États pour contenir la hausse des primes. « L’augmentation constante des primes pèse de plus en plus sur la classe moyenne. L’extension de la réduction individuelle des primes est un instrument de soutien à court terme dans la situation actuelle. Mais nous devons penser à long terme et nous attaquer à la racine du problème de l’explosion des coûts », déclare le Conseiller national Benjamin Roduit. Il appartient maintenant au Conseil des États de confirmer la proposition d’introduire dans l’assurance de base un objectif de maîtrise des coûts.

L'augmentation constante des primes pèse de plus en plus sur la classe moyenne. L'extension de la réduction individuelle des primes est un instrument de soutien à court terme dans la situation actuelle. Mais nous devons penser à long terme et nous attaquer à la racine du problème de l’explosion des coûts.
Benjamin Roduit
Conseiller national (VS)

2ème pilier : pour une amélioration claire de la situation des bas revenus et des emplois à temps partiel

La CSSS-E se penchera à nouveau sur la réforme du 2ème pilier. Alors que le Conseil des Etats avait prévu de débattre de ce dossier lors de la session d’été, celui-ci a été renvoyé en commission suite à une proposition de dernière minute du Conseiller aux Etats PLR Josef Dittli. La CSSS-E doit maintenant examiner les conséquences financières de cette proposition. Pour Le Centre, il est d’ores et déjà clair que la proposition du Conseil national ne représente que le strict minimum. Il faut une amélioration claire de la situation pour les personnes disposant de revenus faibles ou exerçant un ou plusieurs emplois à temps partiel, afin qu’elles puissent compter sur le 2ème pilier pour se constituer un capital vieillesse. Il faut en outre introduire une solution équitable pour les générations de transition, là où c’est nécessaire.

Contenus semblables

Engage-toi