Unsere Website ist nicht für deine Browserversion optimiert.

Seite trotzdem ansehen
Toggle Grid

Pour une AVS équitable et sociale – aujourd’hui et demain

Nous vivons une année décisive pour notre principale institution sociale. Le Centre s’est largement engagé en faveur d’une solution équitable et sociale afin de stabiliser l’AVS. Les partis de gauche et les syndicats ont toutefois lancé un référendum contre la solution prometteuse du Centre, et déposaient aujourd’hui les signatures. C’est incompréhensible et irresponsable! Le Centre s’oppose à ce référendum et s’engage en faveur d’une prévoyance vieillesse stable pour tous, aujourd’hui comme demain.

En raison du vieillissement de la population, l’AVS présente un déficit de financement qui pourrait atteindre 26 milliards de francs d’ici 2030. Aujourd’hui déjà, les rentrées de l’AVS ne suffisent plus pour financer les rentes en cours. «Cette situation va continuer à se détériorer avec le départ à la retraite de la génération du baby-boom. C’est pourquoi, la stabilisation de l’AVS compte au nombre des tâches les plus urgentes d’une politique responsable. Pour que les générations futures disposent elles aussi d’une prévoyance vieillesse sûre», déclare Christina Bachmann-Roth, présidente des Femmes PDC Suisse. Les Femmes du Centre suisse soutiennent la réforme AVS 21, mais demandent en en plus une réforme de la prévoyance professionnelle qui permette aux femmes de bénéficier à la fois d’une meilleure prévoyance mais également de progrès pour atteindre l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

Une compensation équitable pour les femmes
Cette réforme repose sur l’alignement de l’âge de la retraite à 65 ans pour les femmes. Les femmes apportent ainsi une contribution importante. Pour le Centre, il est évident qu’une telle avancée n’est réalisable qu’en présence d’un équilibre social correct, autrement dit, d’une compensation financière équitable pour les femmes. « Et une telle compensation appartient au projet de loi. Les affirmations du comité référendaire selon lesquelles les femmes sont les victimes de cette réforme sont tout simplement fausses. Car un tiers de l’épargne réalisée est immédiatement réutilisée pour les femmes des générations de transition, dont neuf cohortes bénéficient. Pour les personnes à faible revenu de la génération transitoire, la solution représente même une amélioration par rapport à la situation actuelle », souligne Marianne Maret, conseillère aux États.

Et une telle compensation appartient au projet de loi. Les affirmations du comité référendaire selon lesquelles les femmes sont les victimes de cette réforme sont tout simplement fausses. Car un tiers de l'épargne réalisée est immédiatement réutilisée pour les femmes des générations de transition, dont neuf cohortes bénéficient. Pour les personnes à faible revenu de la génération transitoire, la solution représente même une amélioration par rapport à la situation actuelle.
Marianne Maret
Conseillère aux États (VS)

Le référendum met en péril notre principale institution sociale
Il est donc difficilement acceptable que les Verts, le PS et les syndicats luttent avec tant d’ardeur contre le projet. Malheureusement, à gauche, la volonté de trouver une solution s’efface devant l’idéologie et une politique obstructionniste. «Par le référendum, la gauche et les syndicats veulent empêcher ce projet équilibré, équitable et social de l’AVS. À travers cette politique irresponsable, ils mettent en péril les rentes de tous les travailleurs et travailleuses de Suisse et, au final, nuisent à l’une de nos principales assurances sociales», déclare Yvonne Bürgin, vice-présidente du Centre.

La solution responsable du Centre
Le Centre s’est engagé au Parlement pour qu’un projet, qui garantisse un financement durable à moyen terme et tienne compte des réalités démographiques, tout en étant socialement acceptable, soit voté. « La solution proposée par le Centre est juste, socialement équitable et peut être financée. Et je suis convaincue que la majorité des électeurs suisses jugeront ce projet de loi avec un sens de réalisme et avec le pragmatisme nécessaire et en concluront qu’il s’agit d’un projet de loi équilibré », déclare la conseillère nationale Marie-France Roth Pasquier.

La solution proposée par le Centre est juste, socialement équitable et peut être financée. Et je suis convaincue que la majorité des électeurs suisses jugeront ce projet de loi avec un sens de réalisme et avec le pragmatisme nécessaire et en concluront qu'il s'agit d'un projet de loi équilibré.
Marie-France Roth Pasquier
Membre de la présidence du parti, Conseillère nationale (FR)

Votre engagement lors de cette votation est essentiel
Le référendum déposé aujourd’hui prouve que les partis de gauche et les syndicats sont prêts à réduire à néant ce projet pourtant équilibré et ainsi creuser encore davantage la brèche de couverture de fonds de l’AVS. Nous avons besoin de votre soutien pour pouvoir nous opposer à ce référendum par une campagne percutante. Aidez-nous dans ce sens, en nous apportant votre soutien financier ou en nous faisant part de votre volonté de participer activement à la campagne. Nous vous remercions sincèrement de votre engagement!

faire un don maintenant!

Contenus semblables

Personne de contact

Engage-toi

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience utilisateur.

Accepter