Unsere Website ist nicht für deine Browserversion optimiert.

Seite trotzdem ansehen
Toggle Grid

Stabiliser l’AVS, réformer la LPP: mesures de compensation équitables pour la génération de transition et pour les femmes

La réforme de l’AVS était au cœur des discussions de la séance d’aujourd’hui du groupe du Centre. L’objectif du Centre demeure : l’AVS doit être financièrement stabilisée à court terme. Mais pour la génération de transition, en particulier pour toutes les femmes, des mesures compensatoires adéquates doivent être garanties.  Le groupe du Centre continuera en outre à s’engager en faveur de rentes AVS égales et équitables pour tous. En ce qui concerne la réforme de la prévoyance professionnelle, le groupe du Centre demande des mesures compensatoires ciblées pour les années de transition, sans versement de suppléments suivant le principe de l’arrosoir.

Les rentrées de l’AVS ne suffisent plus pour financer les rentes AVS courantes. Dès 2020, cette situation va continuer à se détériorer du fait de l’entrée en retraite des années de forte natalité. Depuis vingt ans, la réforme de notre principale institution sociale, l’AVS, se trouve gelée. « Le groupe du Centre s’emploie à contourner les politiques de blocage des dernières années, afin de trouver enfin une solution viable et largement soutenue en vue de stabiliser l’AVS », déclare Philipp Matthias Bregy, président du groupe.

Une compensation équitable pour les années de transition

Pour le groupe du Centre, la nécessité d’une harmonisation progressive de l’âge de référence des femmes à 65 ans est une évidence. « La hausse de l’âge de référence pour les femmes doit toutefois être socialement amortie par des mesures compensatoires équitables », avertit Erich Ettlin, conseiller aux États du Centre. Le Centre défend des mesures compensatoires de l’ordre de 33 % comprenant un mécanisme de versement anticipé et un supplément de rente progressivement dégressif, dépendant du revenu. Les mesures compensatoires doivent être échelonnées sur 9 années. « Ce faisant, il est important d’éviter toute incitation malheureuse à prendre une retraite anticipée », déclare Erich Ettlin, conseiller aux États du Centre. Par ailleurs, le groupe du Centre refuse que les revenus de la Banque nationale provenant des intérêts négatifs soient utilisés pour stabiliser l’AVS.

Réforme de la prévoyance professionnelle (LPP)

Dans le cadre de la réforme urgente de la prévoyance professionnelle, le groupe du Centre s’engage également en faveur d’une compensation équitable pour les années de transition. En effet, le groupe du Centre reconnaît que le taux de conversion minimal doit être abaissé afin de garantir les rentes futures et d’empêcher la poursuite de la redistribution des actifs vers les personnes retraitées.

La situation des personnes qui travaillent avec de faibles revenus et à temps partiel doit être améliorée à l’avenir par l’abaissement du seuil d’accès fixé actuellement à Fr. 21510.- ou la possibilité d’additionner plusieurs revenus, ce qui entraînera notamment une amélioration des rentes de nombreuses femmes. « Il convient de saluer l’aplatissement des bonifications de vieillesse grâce auquel les travailleurs et travailleuses plus âgé(e)s verront leur situation améliorée sur le marché du travail », explique Ruth Humbel, conseillère nationale du Centre. En outre, le groupe rejette la demande de nouvelles possibilités de déductions pour le troisième pilier. La révision de la loi doit se concentrer sur le deuxième pilier de la LPP qui ne doit pas être menacée par des mesures non nécessaires destinées aux grosses fortunes.

Personne de contact

Engage-toi

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience utilisateur.

Accepter