Unsere Website ist nicht für deine Browserversion optimiert.

Seite trotzdem ansehen
Toggle Grid

Une lueur d’espoir – mais les primes doivent baisser de manière durable

28 septembre 2021 – Le Conseil fédéral a annoncé aujourd’hui l’évolution des primes d’assurance maladie pour 2022. Elles diminueront de 0.2 pour cent. C’est une bonne nouvelle. Le Centre n’y voit cependant qu’une réponse temporaire à sa demande de ne pas imputer les coûts de la pandémie de Covid 19 aux payeurs de primes. Les primes d’assurance maladie continuent de stagner. Malgré cette très légère baisse, elles constituent toujours une lourde charge financière pour les familles à faibles et moyens revenus. Nous devons enfin nous attaquer à cette charge de manière durable. À cette fin, l’initiative du Centre pour un frein aux coûts est nécessaire.    

Nous avons en Suisse l’un des meilleurs systèmes de santé. Ces soins ont bien entendu un coût, c’est indiscutable. La pandémie de Covid 19, en particulier, a montré à quel point l’accès à des soins de qualité, adéquats et à des médicaments pour toutes et tous en quantité suffisante est important et précieux.

Un système de santé abordable pour tous

Les primes continuent cependant de stagner et les coûts élevés de la santé restent un problème. Il est vrai que la diminution des primes d’assurance maladie de 0.2 pour cent pour l’année prochaine communiquée aujourd’hui par le conseiller fédéral Alain Berset représente une lueur d’espoir. Le Centre y voit une réponse temporaire à sa demande que les coûts de la pandémie de Covid 19 ne soient pas imputés aux payeurs de primes. « Néanmoins, les primes d’assurance maladie constituent depuis longtemps une lourde charge financière pour la classe moyenne et les familles à faibles revenus. C’est aussi la première fois en quatorze ans que les primes baissent légèrement. Cependant, elles restent beaucoup trop élevées. Nous devons alléger la charge des primes de manière durable. » déclare Ruth Humbel, présidente de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national et conseillère nationale Le Centre. « En fait, la légère baisse des primes d’assurance-maladie n’est possible que parce que les caisses-maladie puisent dans leurs réserves, qui valent des milliards. Une solution durable reste donc nécessaire. Nous voulons un système de santé abordable pour tous à l’avenir également », déclare Gerhard Pfister, conseiller national et président du Centre.

Néanmoins, les primes d'assurance maladie constituent depuis longtemps une lourde charge financière pour la classe moyenne et les familles à faibles revenus. C'est aussi la première fois en quatorze ans que les primes baissent légèrement. Cependant, elles restent beaucoup trop élevées. Nous devons alléger la charge des primes de manière durable.

Le frein aux coûts apporte une solution durable

Il existe un grand potentiel d’économies dans le système des soins. C’est pourquoi l’initiative pour un frein aux coûts du parti du Centre est nécessaire. « Ce n’est qu’avec notre initiative pour un frein aux coûts que nous obtiendrons une solution durable qui nous permettra d’amener tous les acteurs du système de santé à contribuer à une stabilisation durable des coûts », déclare Stefan Müller-Altermatt, conseiller national Le Centre et responsable de l’initiative pour un frein aux coûts. « Elle prévoit que le Conseil fédéral, l’Assemblée fédérale et les cantons interviennent si les coûts de la santé augmentent trop par rapport à l’évolution des salaires. C’est clair et compréhensible, et c’est réalisable. »

Contenus semblables

Engage-toi

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience utilisateur.

Accepter