Unsere Website ist nicht für deine Browserversion optimiert.

Seite trotzdem ansehen
Toggle Grid

Une collaboration de droite pour sauver l’AVS

17 décembre 2021. La réforme de l’AVS, et donc la garantie de nos rentes, est urgente. L’UDC, le PLR et Le Centre ont trouvé une solution modérée et socialement acceptable. Il est incompréhensible que la gauche combatte, pour des raisons purement idéologiques, cette proposition à la fois bonne et supportable pour toutes et tous. Le PS, les syndicats et les Verts mettent ainsi en danger les rentes des travailleurs.

Celui qui a travaillé toute sa vie et payé ses cotisations doit avoir droit à une retraite assurée. Or, celle-ci n’est plus garantie : en raison du vieillissement de la population, l’AVS affichera d’ici 2030 un déficit de financement pouvant atteindre 26 milliards de francs. C’est pourquoi réformer l’AVS fait partie des tâches les plus urgentes d’une politique responsable.

Politique de blocage irresponsable du PS et des Verts

Les partis bourgeois assument leurs responsabilités et ont trouvé ensemble une solution bénéficiant d’un large soutien, dans laquelle tout le monde apporte sa contribution et qui ne pèse sur personne de manière excessive. Pour les femmes aux revenus les plus modestes de la génération transitoire, la proposition des partis bourgeois représente même une amélioration par rapport à la situation actuelle. Pour les femmes également, qui apportent une contribution importante à cette réforme de l’AVS, des compensations financières appropriées ont pu être garanties.

Il est incompréhensible que les Verts, le PS et les syndicats combattent cette réforme avec autant d’acharnement. Par leur politique de blocage irresponsable, la gauche met en danger les rentes de tous les travailleurs et travailleuses en Suisse et, en fin de compte, la paix sociale. C’est pourquoi l’UDC, le PLR et Le Centre appellent résolument la gauche à ne pas lancer de référendum contre le projet AVS, pour le bien de tous les travailleurs et travailleuses.

Le compromis bourgeois garantit les rentes jusqu’en 2030 et au-delà

Voici les éléments clés de la révision AVS 21 adoptée par le Parlement lors de la session d’hiver :

  1. Harmonisation de l’âge de la retraite

L’âge de la retraite des femmes est relevé d’un an pour passer à 65 ans, comme celui des hommes. Les hommes et les femmes ont donc le même âge de la retraite.

  1. Mesures de compensation et d’accompagnement

Pour les femmes concernées, le relèvement de l’âge de la retraite est compensé durablement par un supplément de rente pendant une période transitoire de 9 ans. Le montant de cette mesure d’accompagnement est calculé en fonction du montant du revenu annuel moyen dans l’AVS. En principe, cela signifie que plus la rente AVS est faible, plus le supplément de rente est élevé. Il s’élève au maximum à 160 francs par mois.

  1. Flexibilisation des rentes

Désormais, les rentes AVS peuvent également être anticipées de manière flexible sous forme de rentes partielles à partir de 63 ans. Celui qui travaille au-delà de son 65ème anniversaire reçoit une rente partielle ou complète plus élevée. Travailler au-delà de l’âge de la retraite permet de combler les éventuelles lacunes de cotisation.

4. Période de stabilisation

Grâce à cette proposition responsable des partis bourgeois, la stabilisation des finances de l’AVS est assurée à moyen terme. Pour cela, la TVA est relevée de 0,4%. Le Conseil fédéral est toutefois tenu de présenter au Parlement, d’ici au 31 décembre 2026, un prochain projet visant à stabiliser l’AVS à plus long terme.

Engage-toi

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience utilisateur.

Accepter