Notre site web n'est pas optimisé pour la version de votre navigateur.

Voir la page de toute façon
Toggle Grid

Un signe clair de solidarité et de cohésion

13. juin 2021 – Les électeurs ont clairement dit « oui » à la loi COVID-19 ce dimanche. Le Centre est très satisfait de cette décision de poursuivre les mesures de soutien nécessaires pour atténuer l’impact de la crise du coronavirus. Les électeurs se prononcent donc clairement en faveur de la solidarité et de la cohésion dans cette situation de crise. Il est en revanche regrettable que la loi sur le CO2, pour laquelle le Centre s’était battu, ait été rejetée. Elle aurait été un bon compromis grâce auquel la Suisse aurait assumé sa responsabilité climatique et nous aurait permis de faire avancer la politique climatique. Le Centre se réjouit par contre du rejet des deux initiatives phytos extrêmes et de la claire adoption de la loi contre le terrorisme. 

Ce qui est aussi particulièrement réjouissant dans le vote d’aujourd’hui, c’est que quatre  résultats sur cinq sont en accord avec les mots d’ordre du Centre. « Cela montre une fois de plus que le Centre est le plus proche du peuple », déclare Gerhard Pfister, président du Centre. « Nous nous engageons à trouver des solutions viables et largement soutenues. C’est ainsi que nous faisons avancer notre pays, et c’est ainsi que nous maintenons la cohésion de la Suisse. »

Cela montre une fois de plus que le Centre est le plus proche du peuple. Nous nous engageons à trouver des solutions viables et largement soutenues. C'est ainsi que nous faisons avancer notre pays, et c'est ainsi que nous maintenons la cohésion de la Suisse.

Un oui important pour la gestion de la crise liée au coronavirus

Le Centre se réjouit que les électeurs aient clairement voté en faveur de la loi COVID-19, car cela permettra de maintenir un élément central pour atténuer les effets de la crise du coronavirus. « La loi garantit que les entreprises, les travailleurs indépendants et les employés ayant connu des difficultés économiques sans faute de leur part puissent continuer à bénéficier d’une aide rapide et efficace. Des mesures de soutien telles que l’aide pour les cas de rigueur ou la prolongation des indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail sont ainsi toujours possibles. En cas de rejet, ces aides auraient expiré à la fin du mois de septembre », déclare Charles Juillard, conseiller aux États, en ajoutant : « Il s’agit d’un signe fort de solidarité et de cohésion en Suisse. »

La loi garantit que les entreprises, les travailleurs indépendants et les employés ayant connu des difficultés économiques sans faute de leur part puissent continuer à bénéficier d’une aide rapide et efficace.

Rejet de la révision de la loi sur le CO2

Le Centre regrette que les électeurs se soient aujourd’hui prononcés contre la révision de la loi sur le CO2. Elle aurait été, selon le Centre, un bon compromis, à la fois efficace, social et équitable. « Les opposants au projet de loi ont malheureusement réussi à effrayer les gens avec la menace de dépenses supplémentaires », regrette la conseillère nationale Christine Bulliard-Marbach. « La décision doit bien sûr être respectée. Nous devons à présent voir comment faire progresser la politique climatique afin de prendre nos responsabilités et d’atteindre les objectifs de la Stratégie énergétique 2050 et ceux de l’accord de Paris sur le climat. »

Nous devons à présent voir comment faire progresser la politique climatique afin de prendre nos responsabilités et d’atteindre les objectifs de la Stratégie énergétique 2050 et ceux de l’accord de Paris sur le climat.

Non aux initiatives phytos extrêmes

Le Centre est soulagé par le rejet des initiatives sur les pesticides et sur l’eau potable. « Les initiatives phytos étaient trop radicales et n’auraient même pas atteint leurs objectifs », déclare Marianne Maret, conseillère aux États. « L’agriculture n’est cependant pas au point mort. Le Parlement a, à l’initiative du Centre, élaboré une proposition répondant aux préoccupations centrales des initiatives. » L’utilisation de produits phytosanitaires et les risques associés pour les rivières, les lacs et les habitats semi-naturels devraient être réduits de moitié d’ici 2027.

Les initiatives phytos étaient trop radicales et n’auraient même pas atteint leurs objectifs.

Oui à la loi contre le terrorisme

Les électeurs disent aujourd’hui clairement oui à la loi contre le terrorisme. Le Centre salue cette décision claire. « La sécurité absolue n’existe pas. Avec la loi, nous donnons cependant à nos autorités cantonales et fédérales chargées de la sécurité les moyens dont elles ont besoin pour atteindre le plus haut niveau de sécurité possible », déclare le conseiller national Sidney Kamerzin. « La loi permet de prendre des mesures préventives afin de pouvoir agir à l’avenir avant qu’il ne soit trop tard. »

Avec la loi, nous donnons cependant à nos autorités cantonales et fédérales chargées de la sécurité les moyens dont elles ont besoin pour atteindre le plus haut niveau de sécurité possible.

Engage-toi

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience utilisateur.

Accepter